DELIVRE DES PUISSANCES DES TENEBRES

DELIVRE DES PUISSANCES DES TENEBRES

par Emmanuel ENI

Chapitre 1 : Ma fuite vers une « nouvelle vie »

« Oriente le jeune garçon sur la voie qu’il doit suivre ; même quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas. » Prov. 22:6

Voici un récit des oeuvres de Dieu, de Ses oeuvres puissantes, merveilleuses et mystérieuses. Je le fais pour obéir à l’ordre que m’a donné Jésus-Christ : « Va rendre témoignage de ce que j’ai fait pour toi. »

On pense généralement que le malheur est un acte du destin, et que nous ne pouvons rien faire pour changer les événements de notre vie. Ceci est vrai dans une certaine mesure. Mais dans le cas d’un enfant de Dieu, il y a un plan pour sa vie (Prov. 16:9). La réalisation de ce plan dépend d’un certain nombre de facteurs : notre intimité avec Dieu, l’idée que nous nous faisons du but ultime de la vie, et l’environnement socio-spirituel dans lequel nous nous trouvons.

Un certain nombre de facteurs externes tentent d’influer sur le cours de votre vie. La crise se produit lorsque vous livrez votre volonté soit au bien, soit au mal. Il vous est possible d’aimer ou de haïr. Vous pouvez souhaiter comprendre ou ne pas comprendre. La volonté d’obéir est la plus grande force d’un chrétien né de nouveau, alors que la volonté de désobéir est la force la plus destructrice du pécheur.

Lorsqu’un enfant est laissé seul au monde, il est contrôlé par l’une de ces deux puissances : le bien ou le mal, le bon ou le mauvais. C’est Dieu ou le diable. Chacun se trouve confronté à ces deux puissances dans la vie, et chacun doit choisir la vie qu’il doit mener. Je crois que c’est pour cela que la Bible dit : « Oriente le jeune garçon sur la voie qu’il doit suivre ; même quand il sera vieux, il ne s’en écartera pas. » Vous conviendrez que la personne la plus chère et la plus proche, pour un coeur d’enfant, est sa mère. Un orphelin est un enfant infortuné, bien plus exposé aux attaques du diable qu’un enfant qui a ses parents. Une maman assure la « protection » du corps et de l’âme, mais c’est une double tragédie lorsqu’un enfant perd ses deux parents, et encore plus lorsque les circonstances de leur mort sont des plus mystérieuses.

Mon histoire commence il y a 22 ans dans un petit village appelé Amerie Iriegbu Osu Item, dépendant de la région de Bende, qui est sous l’autorité du gouvernement local, dans l’Etat d’Imo. Mes parents ne faisaient pas partie des riches, mais mon père avait eu le privilège d’hériter 42 hectares de terres de mon grand-père, une bénédiction qui a entraîné le plus grand malheur jamais rapporté dans l’histoire de la famille.

Mon père était très jalousé par sa famille proche et lointaine, pour des raisons que j’ignore, peut être en raison de son important héritage de terres. Nous formions une famille heureuse. Mes parents avaient quatre enfants : Love, Margaret, Emmanuel et Chinyere. Après avoir eu leurs deux premières filles, mes parents avaient attendu quatorze ans avant de m’avoir (leur seul fils) et d’avoir, plus tard, ma petite soeur Chinyere. Ceci avait permis à ma famille de goûter à un réel bonheur.
Mais ce bonheur fut de courte durée, car la première tragédie se produisit. Ma maman pleine d’amour et de tendresse mourut. On dit que c’est la sorcellerie qui la fit mourir. Quatre ans plus tard, ce fut mon père qui mourut. Dans son cas aussi, sa mort fut attribuée à un mauvais sort qui lui avait été jeté. Deux ans après la mort de mes parents, Love, ma soeur aînée, disparut mystérieusement et Margaret, la seconde fille de mes parents, devint folle. Ce fut toute une chaîne de tragédie dans la vie d’une humble famille, jusque là heureuse. Ma petite soeur Chinyere et moi, nous fûmes envoyés chez nos grands-parents. C’est alors que je terminai l’école élémentaire et que je fus admis au collège de Item. J’y fis trois années, mais je dus arrêter mes études, faute d’argent pour payer les frais scolaires.

Peu après, mes grands-parents moururent également. Après toutes les cérémonies funèbres, un « parent » inconnu prit avec lui ma petite soeur Chinyere, dont je n’ai plus jamais entendu parler. Soumis à de terribles mauvais traitements, je fus forcé de retourner dans la maison de mon père, pour y vivre seul, âgé de 13 ans. Comment un enfant de 13 ans peut-il vivre au milieu des ennemis de son père, qui sont donc aussi ses ennemis ? Combien j’étais angoissé ! Tous ces événements semblaient m’avoir conduits à la fin d’une existence qui ne valait plus la peine d’être vécue. Y avait-il quelqu’un pour se soucier de moi ? Y avait-il quelqu’un pour s’intéresser aux malheurs d’un petit garçon ?

Un jour, je rencontrai un ami que j’avais connu à l’école élémentaire. Il s’appelait Chinedum Onwukwe. Chinedum m’aimait beaucoup. Il avait entendu parler de tous les malheurs qui m’étaient arrivés. Il me présenta à ses parents, qui m’accueillirent de bon coeur et m’adoptèrent comme leur second fils. La vie redevint à nouveau normale. On s’occupait bien de moi. J’étais à nouveau heureux. Je sus alors que le Dieu que priait ma mère lorsqu’elle était vivante existait quelque part, puisqu’Il m’avait donné de nouveaux parents. C’est du moins ce que je pensais. Je connus ce bonheur pendant près de deux ans. Puis le diable frappa à nouveau.
Chinedum et ses parents firent un voyage à Umahia, et leur voiture s’écrasa contre un camion transportant de la terre. Chinedum et ses parents furent tués sur le coup !
En apprenant ces nouvelles, je m’évanouis. On ne peut imaginer mon chagrin. Je parvins à survivre pendant la cérémonie funèbre, faisant des courses et fournissant du bois à ceux qui faisaient la cuisine. Puis je revins dans la maison de mon père, faisant les tâches d’un domestique pour pouvoir me nourrir.

Je continuai à faire des petits travaux sur la ferme, dans les jardins, allant pêcher avec les anciens, jusqu’au jour où un homme de mon quartier m’engagea pour travailler dans sa ferme, pour un salaire de misère. Il me posa toute une série de questions. Tout d’abord, il me demanda de lui montrer les terres de mon père. Puis il me proposa de lui donner une partie de ces terres. Ensuite, il me dit que le salaire du travail que je ferais pour lui consisterait en un repas, le soir dans sa maison. Mais comment un garçon de quinze ans pouvait-il connaître les terres de son père ? Ensuite, quel droit pouvait avoir un garçon de cet âge de donner ces terres à quelqu’un, même si c’était un proche parent ? Je refusai ses demandes, ce qui le fâcha. Il jura qu’il allait me tuer dans la forêt. Je pris peur, je m’enfuis et je criai au secours. Malheureusement, personne ne vint, parce que nous étions dans un endroit éloigné, en pleine forêt, mais ce fut Dieu qui me vint en aide. L’homme me poursuivit avec son couteau, mais j’étais plus jeune. J’étais trop rapide pour lui. Je tombai dans un fossé profond environ de 1,80 mètres, et l’herbe me recouvrit.
Il me chercha, puis abandonna après quelque temps. Plus tard, je m’extirpai du fossé et retournai au village par un autre chemin. Je racontai ce qui s’était passé aux anciens du quartier mais rien ne fut entrepris. C’est la triste condition des orphelins. Cet événement avait fait naître une véritable haine dans mon jeune coeur ; personne ne m’aimait, personne ne se souciait de moi. Je me demandais pourquoi on voulait me tuer, alors que l’on savait que je n’avais plus de parents. Ma vie était remplie de souffrances. Je sais maintenant que c’est Dieu, dans Son amour, qui a empêché le diable de me suggérer de me suicider…télécharger le témoignage complet: DELIVRE-DES-PUISSANCES-DES-TENEBRE1

Please follow, like and Share us:
O

Leave a Reply